"Le mensonge et la crédulité s'accouplent et engendrent l'Opinion" Paul Valéry

vendredi, 3 novembre 2017

Ben Laden voulait tuer le Prince Harry


Les centaines de milliers d’archives récemment publiées par la CIA ont révélé que le chef d’Al-Qaïda, Oussama Ben Laden, avait planifié d’assassiner le prince Harry.

Ben Laden voulait enlever le prince Harry en Irak lorsque ce dernier devait rejoindre, en mai 2007, son unité «Blues and Royal», les troupes britanniques déployées au sud de l’Irak. L’opération n’avait finalement pas eu lieu puisque les autorités ont décidé au dernier moment de l’annuler.

Ben Laden avait gardé sur son ordinateur des articles de presse sur les opérations militaires auxquelles le prince participait. Parmi les articles, on pouvait lire «Le Prince Harry entre en ligne de mire» et «Le prince Harry en Irak pourrait augmenter le risque des troupes».

Le prince Harry a servi au sein de l’armée britannique pendant dix ans, jusqu’en 2015, et a été envoyé deux fois en Afghanistan.

Des années devraient être nécessaires pour lire les 4700.000 fichiers, récupérés en mai 2011, lors d’une descente dans la maison de Ben Laden à Abbottābād, au Pakistan.

jeudi, 2 novembre 2017

Le journal intime d'Oussama Ben Laden dévoilé


Le journal, ainsi que des milliers d'autres documents, proviennent de la cache d’Oussama Ben Laden (à l'image) à Abbottabad, au Pakistan. [AFP / Aamir Qureshi]



La CIA a dévoilé ce mercredi 1er novembre des miliers d'archives saisies en 2011 dans la cache d’Oussama Ben Laden à Abbottabad, au Pakistan, après le raid américain dans lequel le chef d’al-Qauda avait été tué.

Accessibles sur le site de l'agence de renseignements américaine, on trouve, parmi les 470.000 fichiers mis en ligne, des vidéos personnelles mais aussi des extraits du journal intime d'Oussama Ben Laden.

Dans ses écrits, l’ancien leader d’al-Qaida explique ainsi avoir adhéré au jihad alors qu’il était encore lycéen.

Plus tard, alors qu'il est âgé de 23 ans, il évoque un voyage en Angleterre et raconte avoir visité la maison de Shakespeare. S'il dit avoir été «impressionné», il ajoute que la société occidentale est une «société différente et moralement décadente».

«J’ai réalisé qu’un vrai musulman ne devrait pas se rendre en Occident», conclut-il.

Des images du mariage de son fils, Hamza

Concernant les vidéos déclassifiées par la CIA, l'une d'elles concerne le mariage d'Hamza, l'un des fils d'Oussama Ben Laden.

Le jeune homme, aujourd’hui âgé de 28 ans, est, de toute la fratrie, le plus ardent défenseur des théories défendues par son père. Alors qu'il se trouverait en Iran, il continue d'appeler régulièrement au jihad contre les Etats-Unis dans des messages de propagande.

Les archives indiquent d’ailleurs que l'instigateur des attentats du 11-septembre pensait à lui pour lui succéder à la tête du jihad mondial.

Plusieurs médias, dont la BBC, affirment que certains documents mettraient au jour les liens ambigus qu’aurait entretenus al-Qaida, organisation sunnite, avec l’Iran, pourtant chiite.

Un point qui fait actuellement débat. L’analyse de la totalité de ces milliers de documents devrait permettre d'en savoir plus mais pourrait durer un certain temps.

mercredi, 20 septembre 2017

La CIA ne diffusera par les documents pornographiques de Ben Laden


Les services secrets américains s'apprêtent à rendre publics des documents ayant appartenu au célèbre terroriste. Toutefois, le contenu pornographique retrouvé lors du raid à la suite duquel Washington avait annoncé l'avoir tué, restera secret.

Les documents pornographiques dont Oussama ben Laden semble avoir été si friand ne seront pas rendus publics. C'est ce qu'a fait savoir le directeur de la CIA, Mike Pompeo, lors d'une interview sur Fox News le 11 septembre dernier.

Alors que d'autres documents ayant appartenu au leader djihadiste seront prochainement rendus publics, ses penchants intimes devraient à jamais demeurer un mystère...

«Les documents saisis contenaient du contenu pornographique, mais aussi des contenus sous copyright», a précisé Mike Pompeo, ajoutant qu'en dehors de ces deux catégories, tous les autres documents seraient accessibles au grand public.

Après un raid conduit par les Etats-Unis dans la ville d'Abbottabad, au Pakistan, en 2011, Washington avait annoncé qu'Oussama ben Laden avait été tué, près de 10 ans après les attentats du 11 septembre.

Ses effets personnels avaient alors été saisis, parmi lesquels se trouvaient une correspondance personnelle, mais aussi des documents concernant l'histoire de l'islam et des notes au sujet de futures actions d'Al-Qaïda. Rapidement, le bruit s'était répandu que le chef terroriste ne dédaignait pas, de temps à autres, s'offrir quelques moments de détente en solitaire.

Ainsi, dès 2015, un journaliste du site américain BroBible s'était enquis auprès de la CIA du contenu de ces documents pornographiques, dont on ignore d'ailleurs toujours la nature (vidéos, photographies, textes, ou autres). Il avait alors adressé une requête officielle à la CIA en se prévalant du Freedom of Speech Act, une loi permettant à tout citoyen américain de réclamer aux agences fédérales la déclassification de documents qu'il estime indûment classifiés.

«Je suis un adulte : je peux supporter de savoir quel genre de porno Oussama regardait», avait alors assuré le journaliste. «Cela ne me fera pas l'aimer davantage, ni le détester moins», avait-il en outre affirmé pour se justifier. Mais la CIA s'était montrée peu perméable à cet argumentaire et avait débouté le journaliste trop curieux.